Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de Meurthe et Moselle Section

Photographie de la dernière activité

Remise de la Légion d'Honneur à M. Roland POMMERET le 17 novembre 2018.
Roland Pommeret a été élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur à l'occasion d'une réception se voulant à la fois officielle et conviviale à la maison de retraite Saint-Charles.

En présence de sa famille, ses amis et ses voisins ainsi que du député Thibaut Bazin, le lieutenant-colonel Claude Pierron, président du comité de Lunéville de la Société des membres de la Légion d'Honneur a épinglé la médaille au revers de M. Pommeret.
Né à Nancy le 14 décembre 1920, d'une mère normande et d'un père lorrain, dès l'âge de 12 ans Roland fait son apprentissage dans une célèbre charcuterie.
Au moment de la déclaration de guerre, le 3 septembre 1939, il est, avec ses parents dans l'Eure où il est bouché charcutier dans une entreprise locale.

En mai 1940, c'est l'exode. Leur périple s'arrête à Argenton-sur-Creuse, où Roland reprend son métier.
Après l'appel du 18 juin, Roland s'engage au 64e Régiment d'Artillerie d'Afrique au Maroc au sein duquel il participe aux combats des troupes alliées pour libérer la France.
Après un second séjour en Corse il débarque avec son régiment en Provence puis, après la libération de Marseille, il participe aux opérations dans les Alpes.
Le 3 juillet 1945, le brigadier Roland Pommeret est cité à l'ordre du régiment et se voit attribuer la croix de guerre étoile de bronze.
Sa période militaire a été marquée par l'expression du refus de la défaite de son pays et le désir de le voir bientôt libéré.
Rendu à la vie civile Roland Pommeret retourne dans l'Eure ou il reprend son double métier et rencontre Jeanine. De leur union naîtront deux enfants Michel en 1948 et Monique en 1955.

Jeanine et Roland ont le projet de reprendre une entreprise en Normandie. Mais respectant la tradition familiale d'alternance entre l'est et l'ouest, ils reprennent un fonds de commerce à Nancy. En 1955 ils tentent une nouvelle aventure avec un fonds de commerce en gros à Bourbonne-les-Bains.
Ils acquièrent ensuite une grande maison à Bayon, bourg qu'ils ne quitteront plus. Les artisans devenus commerçants développent leur gamme de produits jusqu'à la retraite.
Très affecté par le décès de son épouse Jeanine, M. Pommeret resta encore quelques années dans sa maison à Bayon avant d'intégrer récemment la maison de retraite Saint-Charles.



Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016