Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de Meurthe et Moselle Section

Photographie de la dernière activité

Hommage à notre compagnon d'armes
Général Pierre DELEUME
Jeudi 19 octobre 2017
Badonviller


Mon Général,
Cher Pierre,

Après l'évocation qui vient d'être faite de ta longue et brillante carrière militaire, il me revient le douloureux honneur de dire quelques mots au nom de tes amis et camarades dans l'Ordre de la Légion d'Honneur dont tu étais Officier depuis le 9 juillet 1981.

Je ne suis sans doute pas le mieux placé, à la fois dans le grade et dans l'ancienneté dans l'Ordre pour cette mission, mais je pense pouvoir compter sur l'amitié qui nous a liés ces dernières années au sein du Comité de Nancy de la SMLH pour être pardonné.

Par-delà tes nombreuses autres distinctions et décorations qui ont jalonné ta vie, je vais rappeler rapidement pour les jeunes générations, et ceux qui connaissent le nom de Légion d'Honneur sans avoir une idée très précise de ce que cela signifie, ce que recouvre ton titre d'Officier de la Légion d'Honneur.
Et je rappelle au passage que nous nous trouvons, ici, à Badonviller, dans l'une des rares villes françaises à avoir été décorées de la Légion d'Honneur. 64 au total sur nos 36000 communes.
Badonviller le fut le 29 avril 1929, avec cette citation : « Ayant eu à supporter au début des hostilités les souffrances de l'occupation, et la destruction systématique de l'envahisseur, sut conserver ensuite, au cours de nombreux bombardements qui se succédèrent jusqu'à l'armistice, un courage stoïque au milieu des privations de toutes sortes, et du danger continuel, prouvant ainsi l'indomptable énergie de ses habitants et leur foi en la victoire. »

En 1802, le Premier Consul Napoléon Bonaparte crée la Légion d'honneur.

Le caractère civil et militaire de la Légion d'honneur a été une expression de la volonté du général Bonaparte qui y voyait un ferment de l'unité nationale. Pour lui : " l'armée, c'est la Nation Si l'on distinguait les hommes en militaires et civils, on établirait deux ordres, alors qu'il n'y a qu'une Nation ".

Deux empereurs, trois rois et cinq Républiques ont succédé à Bonaparte et ont conservé la Légion d'honneur comme premier ordre national. Le chef de l'état en est toujours le Grand Maître. Le collier de cette prestigieuse fonction lui est remis par le Grand chancelier dès son investiture.

La Légion d'honneur est un ordre qui comporte cinq degrés :
> 3 grades : chevalier, officier et commandeur.
> 2 dignités : grand officier et grand'croix.
Pour les civils comme pour les militaires, être décoré de la Légion d'honneur est considéré comme l'expression de la reconnaissance de la Nation à ceux qui lui ont rendu des services civils ou militaires éminents.


Et j'ajoute, pour tordre le cou à certaines idées généralement véhiculées par ignorance ou jalousie, que la Légion d'Honneur ne se trouve pas dans une pochette surprise, et qu'en dehors de celles distribuées au titre des relations internationales à des dignitaires étrangers ou des vedettes, qui sont d'ailleurs exclues du contingent officiel, il n'y a dans notre pays, à ce jour, qu'environ 95000 titulaires du premier Ordre national, tous grades confondus. Sur 65 millions d'habitants (non clandestins)

Soyez donc fiers de cette distinction, toi chère Colette son épouse, vous ses enfants dont certains ont brillamment relevé le flambeau paternel et sont également titulaires de ce que nous appelons entre nous familièrement « la rouge ».

Nous tes amis de la SMLH, sommes en tout cas fiers d'avoir eu la chance de te côtoyer au sein de notre comité, très tristes de te quitter même si nous savons que pour toi c'est la fin d'une période de souffrance qu'un soldat comme toi ne méritait pas.

Et en leur nom je te dis : repose en paix, Pierre,
Mes respects, Mon Général.

Col. (H) Jacques CHABRAN
Président du Comité de Nancy



Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016